Il en est des périodes de lecture comme de celles de couture ou de tricot, les fastueuses succédant aux plus sombres où nous ne trouvons pas "chaussures à nos pieds". Et ma dernière période noire semble écartée, hourra !
Je vous ai parlé, il y a peu, de ce livre-ci, et me revoici avec mes trois dernières lectures :

P1010413

L'échappée belle, d'Anna Gavalda, lu pendant les vacances, un matin où petit déjeuner au lit et lecture fut du domaine du possible, et "Dieu que c'est bon..." ! C'est gai, c'est drôle, c'est rafraîchissant à souhait, bref, ça fait du bien. Les retrouvailles de quatre frères et soeurs, qui décident de faire l'école buissonnière et de sécher un mariage de famille pour se retrouver comme lorsqu'ils étaient enfants. Si je devais vous donner une seule raison pour que vous le lisiez, ce serait :
Karine, la belle-soeur pharmacienne si prévisible que c'en est un bonheur et parfaite jusque dans son vanity Biotherm planqué au fond de son sac Tod's ! Alors, réjouissez-vous...

P1010412

Le potentiel érotique de ma femme, de David Foenkinos. J'ai découvert cet auteur un soir très tard, alors qu'il passait à la télé pour présenter son livre : La Délicatesse qui sera sûrement au programme de mes prochaines lectures.

Dans Le potentiel érotique de ma femme, nous suivons les errances d'Hector, jeune homme légèrement névrosé, mythomane et collectionneur aigu de tout et de n'importe quoi : "les piques apéritifs, les badges de campagne électorale, les peintures de bateaux à quai, les pieds de lapin, les cloches en savon, les bruits à cinq heures du matin, les dictons croates, les boules de rampe d'escalier, les premières pages de roman, les étiquettes de melon...". C'est décalé à souhait, et on se prend de tendresse pour ce personnage atypique, qui aurait tellement pu ne susciter chez nous que pitié, ennui et déploiement de gifles...

P1010414

Et enfin, mon petit bijou, terminé dimanche matin : La vie d'une autre, de Frédérique Deghelt.

" Marie a vingt-cinq ans. Un soir de fête, coup de foudre, nuit d'amour et le lendemain...Elle se retrouve douze ans plus tard, mariée, des enfants et plus un seul souvenir de ces années perdues."  Prometteur, non ? Je l'ai dévoré ! Et comme à chaque fois, que j'aime un livre, il me paraît si difficile d'en parler et de lui rendre justice. On est embarqué à toute vitesse dans le sillage de cette jeune femme de trente-sept ans donc, qui découvre avec stupeur un matin pas fichu comme un autre, que le beau gosse de la vieille semble être son mari, que les bambins qui courent dans l'appartement l'appellent maman, et que plus rien, mais alors rien du tout de ce qui l'entoure (du placard à vêtements de sa chambre à l'adresse de l'école maternelle des mouflets, en passant juste par tout ce qui fait sa vie...) ne lui est même pas vaguement familier. Elle ne reconnaît rien, et va partir à la découverte de sa vie, histoire de découvrir quelle femme est-elle devenue et surtout pourquoi et comment est-elle victime de cette amnésie conjugale et familiale...Bref, c'est une femme qui navigue à vue dans sa propre vie , et comment vous dire...cela ne nous arrive -t-il pas à toutes un jour ou l'autre ?